Concrètement comment intervenir de façon opérationnelle en appliquant le SDAGE ?

Si les zones humides sont des milieux à l’interface entre les milieux aquatiques et les milieux terrestres, et dans beaucoup de cas, entre les eaux superficielles et les nappes souterraines : les zones humides intègrent la Directive Cadre sur l’Eau au titre des zones protégées, des zones à préserver ou tout au moins des zones dont la présence est à considérer dans le cadre de tout projet de valorisation de l’espace par l’homme (valorisation écologique, urbaine, agricole, industrielle etc.).

Aujourd’hui l’approche des milieux par site d’intérêt patrimonial reste une approche des zones humides légitime amenant à une intervention par l’intermédiaire des outils réglementaires. En complément de cette approche, de nouvelles réflexions sont aujourd’hui engagées vers une considération de ces espaces alors nommés « zones humides ordinaires » en tant que zones de transition ; en tant que zones de refuges et véhicules d’espèces fondamentales pour l’équilibre des hydro systèmes; en tant qu’infrastructure naturelle de l’eau dont la préservation, l’amélioration de leur qualité et leur reconquête d’un peu de leur espace d’origine visent à satisfaire le maintien et le regain de biodiversité et à la préservation de la ressource en eau pour l’homme.
Ces réflexions s’inspirent consciencieusement de la philosophie « milieu » de la Directive Cadre Européenne afin de ne pas « louper le coche » de la prise en compte des fonctions de ces espaces : pour l’eau, le sol et les espèces autochtones qui en dépendent.

Un inventaire de zone humide et une délimitation préalable sur la base des critères « eau », « sols » et « végétation », représentent la base de toute démarche d’intervention en faveur des zones humides.

Ensuite vient l’étape qui consiste à mobiliser « les forces locales » en présence, sur la base d’un diagnostic multi thématique, inciter les acteurs concernés par les zones humides à apporter des réponses adaptées pour:

  1. Déployer l’animation pour l’émergence d’opérations sur ces milieux (cf. notamment la mesure 341 de l’axe 3 du PDRC
  2. Délimiter de façon concertée le périmètre de la zone humide dans son enveloppe historique (Circulaire du 18 janvier 2010 relative à la délimitation des zones humides)
  3. Délimiter ses fonctions d’après ses vocations écologiques et socio-économiques (Délimitation de l’espace de zones humides par fonction qualifiée et par type de milieux du bassin Rhône-Méditerranée : retour d'expériences et proposition de méthode ; Rapport annexe - Les fonctions des zones humides : Synthèse bibliographique)
  4. Vérifier la compatibilité des opérations projetées avec la réglementation récente (Protection et gestion des espaces humides et aquatiques - Guide juridique)
  5. Établir une stratégie multithématique adaptée à leur conservation, leur reconquête et à chaque vocation, puis à chaque usage
  6. Engager le plan d’actions par thème pour un laps de temps déterminé en fonction des calendriers de mise en oeuvre des différents programmes de soutien financier
  7. Déployer l’évaluation socio-économique et scientifique adéquate, un outil: l’observatoire de l’environnement de la Corse qui intègrera le prochain Observatoire régional des zones humides
vers le haut de la page
Dernière modification de la page : 24/11/15