Zones humides

Définition

La définition des zones humides est fournie par l’article L211-1 du code de l’environnement. Il s’agit de « terrains, exploités ou non, habituellement inondés ou gorgés d'eau douce, salée ou saumâtre de façon permanente ou temporaire; la végétation, quand elle existe, y est dominée par des plantes hygrophiles pendant au moins une partie de l'année ». (Art. L.211-1).

Valeurs, fonctions et services des zones humides

Par leurs caractéristiques et leur fonctionnement écologique, les zones humides assurent de nombreuses fonctions hydrologiques, biologiques qui coïncident avec des besoins de mise en sécurité de l’homme et de la biodiversité (zones tampon entre les eaux souterraines et les eaux de surface, zones d’épanchement des crues, habitats d’espèces à valeurs économiques pour l’homme, ressource énergétique et grenier alimentaire en période de sécheresse) justifiant alors la mise en place de mesures de protection et de gestion pour préserver toutes ces potentialités à l’origine de nombreux services rendus à la collectivité…

- Contribution à la qualité des eaux
Les zones humides contribuent à l’amélioration de la qualité de l’eau en agissant comme filtre épurateur. Elles favorisent le piégeage, la neutralisation, voire la transformation et l’absorption d’éléments comme les matières en suspension, les nitrates ou certains toxiques ou encore certains métaux lourds, grâce aux espèces végétales et animales qu'elles abritent.

- Contribution à la régulation de la ressource en eau
Certaines zones humides possèdent par ailleurs une capacité à stocker de l’eau et à la restituer ensuite, plus progressivement.
Ces milieux jouent donc un rôle majeur dans l’écrêtement des crues mais peuvent aussi contribuer au soutien d’étiage des cours d’eau dans certaines conditions.
Elles sont d’ailleurs souvent comparées à des éponges.

- Fonction d’habitat et de réservoir de biodiversité
De nombreuses espèces végétales et animales sont inféodées aux zones humides qui abritent plus de 30 % des plantes remarquables et menacées en France, de nombreux oiseaux migrateurs, batraciens, insectes etc.
Elles assurent à la fois des fonctions d’alimentation, de reproduction, d’abri et de protection pour de nombreux poissons ou oiseaux d’eau.
Par exemple, les milieux annexes des cours d'eau jouent le rôle d’abri pour de nombreuses espèces piscicoles lors des crues ou des pollutions accidentelles.

- Pour des usages
Enfin, en plus des fonctions évoquées ci-dessus dont l’homme bénéficie, elles sont le support de nombreuses activités humaines économiques (production de poissons, de sel, ...) mais aussi récréatives (chasse, pêche...) ou de loisirs.

Pour en savoir plus : http://www.zones-humides.org/

Les zones humides de Corse

Les zones humides des bassins hydrographiques de Corse englobent une grande diversité de milieux : des pozzines aux lagunes littorales en passant par les forêts-galeries de bords de cours d’eau, les tourbières de Moltifao, les petits estuaires des fleuves de Corse et les mares temporaires méditerranéennes, ...

Certaines zones humides sont reconnues d’importance majeure au niveau national voire international comme les étangs de Biguglia, Urbino et Palo, les mares temporaires des Tre Padule de Suartone ou la tourbière de Moltifao, tandis que de nombreuses autres zones humides, de taille plus modeste, présentent un intérêt patrimonial limité mais assurent des fonctions essentielles à l’échelon de leur bassin versant.

A l’échelle du bassin de Corse, un observatoire des zones humides est en cours de construction. Il a vocation, notamment, à intégrer l’ensemble des inventaires et cartographies disponibles.

Dans l’attente, l’inventaire des zones humides de Corse et celui des mares temporaires, ainsi que les cartographies réalisées sur les bassins versants du Liamone, du Bevinco et prochainement de l’Acqua Tignese et du territoire du SAGE « Gravona, Prunelli, golfes d’Ajaccio et de Lava » sont disponibles auprès de l’OEC ou de la DREAL de Corse.

vers le haut de la page