Continuité écologique

La gestion des poissons migrateurs

Les poissons migrateurs amphihalins appartiennent à des espèces qui sont dans l'obligation de se déplacer entre les eaux douces et la mer afin de réaliser complètement leur cycle biologique.

Toutes ces espèces se reproduisent en rivière et grossissent en mer sauf l'anguille qui fait exactement le contraire et se reproduit en mer des Sargasses.

Dans le bassin méditerranéen, on compte quatre espèces principales :

Pour prendre en compte les contraintes de ces cycles de vie, des plans de gestion sont élaborés pour ces espèces :

Les classements des cours d’eau

La continuité écologique des cours d’eau est définie à l’article R.214-109 du code de l’environnement. Elle se caractérise notamment par :

Restaurer cette continuité, lorsque celle-ci est altérée, rétablit le bon fonctionnement des écosystèmes aquatiques.
Sans cette continuité, l’état général des eaux est altéré par le mauvais fonctionnement des écosystèmes.
Les nouveaux classements des cours d’eau comptent parmi les outils qui participent à l’atteinte des objectifs de bon état.
Pour en savoir plus : accès au site de la DREAL, les classements des cours d’eau.

La trame verte et bleue

La notion de continuité écologique ne s’arrête pas aux milieux aquatiques. Elle est aussi importante sur les milieux terrestres et les milieux de transition.

Ainsi un schéma régional de cohérence écologique est établi pour que les différents documents de planification (SDAGE, SRCAE,…) prennent en compte les relations nécessaires entre tous ces écosystèmes. Dans ce schéma sont identifiées les différentes trames dont la trame bleue à préserver.

Dans le bassin de Corse, le plan d'aménagement et de développement durable de Corse (PADDUC) vaut schéma régional de cohérence écologique.

Retrouvez ici les documents constitutifs du PADDUC approuvés par l’assemblée de Corse le 2 octobre 2015.

vers le haut de la page